Retrouvez l'édito du Fil des Communs !

Clémentine Autain a lu « Sans la liberté »de François Sureau

Énarque, écrivain et rédacteur des premiers statuts d’En Marche, François Sureau n’y va pas de main morte contre le pouvoir en place. Dans un court et incisif essai paru dans la nouvelle collection « Tracts » chez Gallimard, il défend les libertés publiques contre les « glissements progressifs de l’extase sécuritaire ». Sans la liberté…
Lire la suite

Catalogne, la justice assomme le débat

En tant qu’élues de la République Française, il n’est pas de notre responsabilité de nous exprimer sur l’avenir de la Catalogne. Le mouvement indépendantiste catalan, dans sa diversité, a cependant soulevé une question fondamentale : comment faire vivre le principe de l’autodétermination des peuples, dans une démocratie occidentale ?     L’on apprend aujourd’hui que les principaux…
Lire la suite

Debat immigration, tapis rouge au RN

Elsa Faucillon et Clémentine Autain reviennent sur le choix du gouvernement de dédier une fois de plus un débat sur l’immigration, eux qui avez fait la sourde oreille quand l’Aquarius demandait l’ouverture d’un port pour accoster. 

Pot-pourri de Georges Didi-Huberman

Quelques passages de Georges Didi-Huberman ◦ Passer, quoi qu’il en coûte, de Georges Didi-Huberman Sur les 185 espèces de primates subsistantes, seul l’homme a un comportement migrateur. Homo sapiens n’est autre, pour finir, qu’un remarquable homo migrans. Vouloir l’oublier – le refouler, le haïr – c’est simplement s’enfermer dans les remparts de la crétinisation. Mieux…
Lire la suite

Projection / Débat de « Sorry We Missed You »

Le Fil des Communs vous invite à cette projection-débat organisée par Clémentine Autain et Olivier Besancenot mardi 15 octobre 2015 en présence de Ken Loach, à l’UGC Normandie & George V 116 bis, av. des Champs-Elysées, 75008 Paris. En raison des places limitées, l’inscription est obligatoire sur le lien ci-joint : https://www.weezevent.com/projection-debat-de-sorry-we-missed-you-en-presence-de-ken-loach   Dans son…
Lire la suite

Le Pénible de l’Elysée

Macron a encore lâché une de ces petites phrases détestables. Celles dont on ne sait pas si elles sont pure provocation, preuve de sa déconnexion ou communication cynique mais maîtrisée : “Je n’adore pas le mot de pénibilité parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible”. Quelques jours auparavant, Christinne Renon, une…
Lire la suite