Catégorie : Le Fil des repères

Simone Weil, Contre le colonialisme

« Il ne serait pas difficile de trouver une colonie appartenant à un Etat démocratique où la contrainte soit, à bien des égards, pire que dans le pire Etat totalitaire d’Europe.» « En privant les peuples de leur tradition, de leur passé, par suite de leur âme, la colonisation les réduit à l’état de matière…
Lire la suite

L’égoïsme ne mène pas la danse

Supposons qu’une personne qui a faim se promène dans la rue en l’absence de policiers et croise un enfant affamé qui tient un morceau de pain. Est-ce que l’instinct naturel sera de voler le pain de l’enfant ? S’il en était ainsi, nous considérerions cette action comme pathologique. Lorsque des dauphins s’échouent sur une plage à…
Lire la suite

Theodor Adorno – Minima Moralia

Ni repris ni échangés – Minima Moralia 21. Ni repris ni échangés. – Les gens ont désappris à donner. Toute entorse au principe de l’échange a quelque chose d’insensé auquel on n’arrive pas à croire ; il arrive que les enfants eux-mêmes regardent avec méfiance celui qui leur fait un cadeau, comme si ce n’était là…
Lire la suite

Lénine, Socialisme et religion

Le 3 décembre 1905, Lénine publie un texte sur le rapport entre socialisme et religion. Si ce texte a vieilli, il offre une perspective souvent ignorée sur l’opportunité de revendiquer ou non un athéisme militant. «(…) La religion doit être déclarée affaire privée ; c’est ainsi qu’on définit ordinairement l’attitude des socialistes à l’égard de…
Lire la suite

 Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe.

On ne naît pas femme : on le devient. Aucun destin biologique, psychique, économique ne définit la figure que revêt au sein de la société la femelle humaine ; c’est l’ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu’on qualifie de féminin. Seule la médiation d’autrui peut constituer un individu…
Lire la suite

2. Démocratie et fascisme

La révolution allemande et la bureaucratie stalinienne 2. Démocratie et fascisme La social-démocratie, aujourd’hui principale représentante du régime parlementaire bourgeois, s’appuie sur les ouvriers. Le fascisme s’appuie sur la petite bourgeoisie. La social-démocratie ne peut avoir d’influence sans organisation ouvrière de masse. Le fascisme ne peut instaurer son pouvoir qu’une fois les organisations ouvrières détruites.…
Lire la suite