Catégorie : Le Fil culture

Récidive : le Macron de 2018, c’est le Daladier de 1938 !

Emmanuel Macron, c’est Edouard Daladier et nous sommes en 2018 dans la même situation qu’en 1938 : c’est, peu ou proue, la thèse que Michaël Fœssel développe dans Récidive, publié aux Presses universitaires de France ; c’est, peu ou proue, la raison principale pour laquelle le philosophe a empiété sur les platebandes des historiens  pour se…
Lire la suite

A la fin, c’est nous les femmes qu’on va gagner

La création culturelle donne toujours le parfum d’époque, son ambiance et ses obsessions, ses cauchemars et ses espoirs. Comme je suis passionnée de littérature contemporaine, c’est souvent sur ma table de chevet que j’y puise de l’inspiration. Cette fois, c’est au cinéma que j’ai été frappée par un symptôme du moment, en correspondance avec la…
Lire la suite

Colères populaires

Les Racines de la colère, Vincent Jarousseau, Les Arenes Eds. Dans cet ouvrage original, où le dessin se mêle à la photo et aux bribes rapportées du quotidien, Vincent Jarousseau donne la parole à la France des sans-voix. Loïc, Tanguy, Fatma et tant d’autres sont de la France qui roule mais ne part pas ou peu…
Lire la suite

Elsa Faucillon a lu « Le Choc des utopies »

Aux plus de 600 pages de la Stratégie du choc, la petite centaine de pages du Choc des Utopies fait évidement pale figure dans la bibliothèque. Du coup on se demande : l’espoir serait il si mince ?  Entre le reportage et l’essai, Naomi Klein traduit concrètement l’application de la stratégie du choc à Porto Rico après l’ouragan…
Lire la suite

Clara Merienne a vu «Sorry to bother you»

« Pardon de vous déranger ! » C’est ainsi que commence chaque conversation téléphonique de Cassius, dit Cash, essayant de vendre n’importe quoi par téléphone. Mais c’est surtout le réalisateur Boots Riley, un rappeur et militant communiste afro-américain, qui, à travers ce premier film, dérange en affirmant un anticapitalisme corrosif dans l’Amérique de Trump. Tout…
Lire la suite

Clémentine Autain a vu «Grâce à Dieu»

Je voudrais vous en convaincre : il faut voir le film de François Ozon. Grâce à Dieu est une démonstration sensible implacable qui ne concerne pas seulement et même pas principalement l’Église catholique. C’est l’histoire d’un silence couvert par une institution. C’est le récit d’une protection en chaîne d’un violeur de jeunes enfants et de…
Lire la suite