Catégorie : Le Fil culture

Elsa Faucillon a lu « Le Choc des utopies »

Aux plus de 600 pages de la Stratégie du choc, la petite centaine de pages du Choc des Utopies fait évidement pale figure dans la bibliothèque. Du coup on se demande : l’espoir serait il si mince ?  Entre le reportage et l’essai, Naomi Klein traduit concrètement l’application de la stratégie du choc à Porto Rico après l’ouragan…
Lire la suite

Clara Merienne a vu «Sorry to bother you»

« Pardon de vous déranger ! » C’est ainsi que commence chaque conversation téléphonique de Cassius, dit Cash, essayant de vendre n’importe quoi par téléphone. Mais c’est surtout le réalisateur Boots Riley, un rappeur et militant communiste afro-américain, qui, à travers ce premier film, dérange en affirmant un anticapitalisme corrosif dans l’Amérique de Trump. Tout…
Lire la suite

Clémentine Autain a vu «Grâce à Dieu»

Je voudrais vous en convaincre : il faut voir le film de François Ozon. Grâce à Dieu est une démonstration sensible implacable qui ne concerne pas seulement et même pas principalement l’Église catholique. C’est l’histoire d’un silence couvert par une institution. C’est le récit d’une protection en chaîne d’un violeur de jeunes enfants et de…
Lire la suite

Clara Merienne a vu « Tout ce qu’il me reste de la révolution »

A l’heure de la fin des idéologies, toute forme de révolte est devenue risible. Tel est le parti pris de de Judith Davis dans son premier film, Tout ce qu’il me reste de la révolution, adaptation de la pièce de théâtre du même nom. Licenciée d’un cabinet d’urbanisme au cours d’un entretien de « remerciement » hilarant,…
Lire la suite

Catherine Tricot a lu «La guerre des pauvres»

« La guerre des pauvres », plus connue sous le nom de « Guerre des paysans », s’est déroulée en 1525 en Allemagne, en Alsace aussi. C’est ce soulèvement populaire écrasé dans le sang que compte Eric Vuillard dans un texte d’une concision qui le dispute à la rage.  Eric Vuillard est coutumier de ces récits qui remontent à…
Lire la suite

Aurélie Trouvé a lu « Sérotonine », une ode au soulèvement ?

Alors bien sûr, pour profiter pleinement de la lecture du dernier livre de Houellebecq, il va falloir passer outre quelques ambiguïtés que l’auteur a une fâcheuse tendance  à entretenir. Les femmes, avec lesquelles le narrateur entretient des rapports désespérants, oscillent entre deux figures principales : celle qui est haïe, Yuzu obnubilée par le sexe et l’argent et…
Lire la suite