Moins de Castaner, plus de Camélia Jordana

Depuis la jurisprudence Castaner “Il n’y a pas de violences policières”, un spectre hante les couloirs de Beauvau, celui d’un mensonge trop gros pour ne pas être grotesque. Reconnaître ces violences et leur dimension raciste est pourtant décisif pour retrouver la confiance de la population.

Pendant le confinement, ces violences ont largement perduré. Elles sont généralement suivies de commentaires à peine susurrés par des autorités qui ne manquent pas une occasion de minimiser le problème.

Le combat contre les violences policières est souvent le fait de familles endeuillées des quartiers populaires. Écrasées sous les procédures judiciaires, ces “combattants malgré eux” pour reprendre les mots d’Assa Traoré, font vivre au quotidien un désir de vérité et de justice. Cette condition qui leur est faite, la France l’a réalisée plus largement au moment des Gilets Jaunes et de leurs blessés.

Puis il y a eu Camelia Jordana. La jeune artiste s’est prise un flot d’insultes, pourquoi ? Pour en avoir parlé.

Sur le plateau de On est pas couché, samedi 23 mai la chanteuse a défendu ses convictions face à un Philippe Besson, passé d’écrivain à syndicaliste policier l’espace d’un instant. Camélia Jordana a avancé deux idées. Il existe une peur de la police notamment chez les racisés, elle s’explique par la violence policière qui se déchaîne sur les jeunes noirs et arabes, se terminant parfois par la mort. Jugez par vous-mêmes, voilà les phrases qui font aujourd’hui polémique : “Aujourd’hui, j’ai les cheveux défrisés, quand j’ai les cheveux frisés je ne me sens pas en sécurité face à un flic en France.” et, encore moins accepté « Je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau, c’est un fait ». Tollé à l’extrême-droite et chez les syndicats de policiers pour utiliser un pléonasme. L’infatigable mais fatiguant Christophe Castaner a déclaré : “Ces propos mensongers et honteux alimentent la haine et la violence. Ils appellent une condamnation sans réserve.”Cela résonne encore un peu plus faux à la vue d’une video tournée à Minneapolis. On y voit un policier écrasant le cou d’un homme noir pendant de longues minutes. George Floyd en est mort. Comme beaucoup d’autres avant lui aux Etats-Unis, ailleurs aussi, en France encore il y a peu. Cette technique d’immobilisation tue, c’est connu et pourtant le Ministre ne la proscrit pas.

Quelques critiques à bas bruit quand des policiers lancent « un bicot ça ne nage pas » et jugement plus que sévère pour la lanceuse d’alerte, on connaît la chanson. Camélia Jordana, pas intimidée a humblement proposé sur Twitter d’en débattre face au ministre. Allô Beauvau ? Le deux poids deux mesures reste effarant mais cette femme est pour le moins courageuse, quel plaisir de voir Camélia Jordana s’imposer et ne pas céder, aidée de toute la sincérité de sa prise de position aux côtés de la famille Traoré. Elle a d’ailleurs reçu de nombreux soutiens sur les réseaux sociaux avec le hashtag #Moiaussijaipeurdelapolice. Pour nous la chose est simple : Moins de Castaner, plus de Camélia Jordana !

Paul Elek 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :