Lettre d’une intermittente au Président de la République

Cher Emmanuel Macron,

Du fond de ma Bretagne, je vous ai écouté vous adresser au monde de la culture ce mercredi 6 Mai. Ce jour là nous étions nombreux à attendre vos annonces sans aucun espoir. Et vous êtes apparu le cheveu hirsute, la chemise blanche immaculée, les manches retroussées. Décontracté pour vous adresser à ce monde de la culture.Le look cool pour parler aux artistes ! Quel mépris ! Depuis ce jour j’hésite entre colère et ahurissement.

Cher Emmanuel Macron merci pour ces quelques miettes jetées afin de nous faire taire peut être ? Une année blanche oui mais pour qui ? Qu’en est-il de ceux qui n’ont pas leurs heures au moment du confinement ? Qu’en est-il de tous les artistes, plasticiens , techniciens qui ne sont pas dans le régime de l’intermittence ? Qu’en est-il de la date anniversaire à la fin de cette année blanche ? Qu’en est-il de tous ces intermittents précaires qui n’arrivaient déjà pas à les faire ces heures (507 pour être précise ) ?

Cher Emmanuel Macron tout va s’arranger, vous l’avez dit   « il nous faut  réinventer notre été et en faire un été apprenant et culturel », nous allons être «créatif» ! Aller travailler dans les écoles, collèges, lycées ! Croyez vous vraiment que l’on vous a attendu pour cela ? Croyez vous que nous sommes coupés du monde et que la culture ne se préoccupe pas  depuis bien longtemps d’éducation ?

Cher Emmanuel Macron je vais vous raconter une petite histoire, celle d’une tranche de vie d’une comédienne intermittente que je suis: pendant une année j’ai pris le train chaque lundi matin pour me rendre à Dax, petite ville des Landes. J’y ai donné des cours de théâtre dans un lycée agricole, j’y ai travaillé avec des psychologues et par le théâtre  je m’y suis m’occupée d’enfants en grande difficulté scolaire et j’y finissais ma journée le soir avec l’animation d’un atelier de théâtre amateur en lien avec le centre social de la ville.

Avec la compagnie avec laquelle je travaillais nous étions créateurs oui créateurs d’un lien social.Nous avons donné à ces enfants, à ces adultes l’envie d’apprendre, l’envie de pousser une porte de théâtre, l’envie de réfléchir sur le monde. Nous avons crée une passerelle  entre la ville et les artistes , nous avons fabriqué  pour les gens ,avec eux ,pour eux un outil culturel , outil indispensable à l’épanouissement de chacun. Et puis un jour cet outil a cessé de fonctionner faute de subvention .

Et ,cher Emanuel Macron ,le mardi soir je reprenais mon train épuisée mais fière et heureuse d’avoir vu ces enfants en difficulté retourner à l’école, heureuse  d’avoir vu le theatre de Dax rempli de monde , heureuse de m’être sentie utile et d’avoir exercé mon métier.

L’accès à la culture pour tous est menacé depuis longtemps comme si la culture n’était pas indispensable ,essentielle  à nos vies et vos mesurettes n’y changeront pas grand chose.

Veuillez croire cher Emmanuel Macron en l’expression de mon désir toujours intact de lutter pour    un monde meilleur  et dans lequel la culture en sera l’un des piliers.

Sophie de La Rochefoucauld

6 réponses

  1. Aristide Demonico dit :

    Cette lettre que le Président ne lira pas, parce qu’il a d’autres chats à fouetter, je l’aurais souhaitée plus en colère, mais au moins a-t-elle le mérite ne le désigner hautement responsable du peu de cas qui est fait à la culture et à la création artistique dont il n’a rien à battre, lui et son gouvernement. Emmanuel Macron ne mérite certes pas le brevet de presque générosité que regrettablement lui décerne Arianne Mnouchkine dans le dernier Télérama pour avoir « heureusement » accédé à la revendication des intermittents du spectacle d’une année blanche : « c’est déjà ça » s’exclame-t-elle ! Non, notre colère ne nous permet pas de discerner un seul geste de générosité de notre Président. Aristide Demonico

  2. Evelynn R.Leray dit :

    Merci Sophie de la Rochefoucauld d’avoir aussi pensé aux artistes qui n’étant pas dans le spectacle vivant ou l’audiovisuel, ne sont pas intermittents du spectacle. Ce n’est pas si fréquent. Bien que je soutienne depuis toujours les intermittents du spectacle, ces derniers temps j’en étais arrivée à penser que les termes « artiste » et « culture » étaient réservés aux intermittents et d’ailleurs les pétitions et lettres de soutien ne mentionnaient que les intermittents. J’ai été photographe de théâtre (argentique Noir et Blanc) pendant presque 20 ans, mais dans la catégorie « plasticienne » et donc comme tous les plasticiens, dépendante de la vente des photos ou bien dépendante du RMI. Comme bien des intermittents, je me suis transformée en animatrice d’ateliers photo dans les écoles et les centres de vacances……j’ai aimé ça, certes mais de là venait le principal de mes revenus comme cela peut se faire pour des intermittents. Et je voudrais dire ici que s’il est bien que l’art rentre à l’école (indispensable même), ce n’est pas pour autant que cette activité doit être le revenu principal d’un artiste. Les artistes sont transformés en animateurs (ce qui d’ailleurs ne s’improvise pas) alors qu’ils et elles ont besoin de temps pour la création. Il faudrait également développer une véritable politique de la diffusion car un artiste a besoin d’un public; si souvent des mois de travail pour la création d’une pièce de théâtre qui ne sera vue qu’une dizaine de fois….!

  3. Merci Sophie, pour ta lettre. C’est vraiment important de parler des « laissés pour compte » qui n’ont pas leurs heures, ou qui ne sont pas dans le « régime intermittent » et de rappeler que les artistes et les techniciens qui créent la culture, vont dans les écoles depuis toujours, aiment leur métier avec une telle passion qu’ils sont heureux de pouvoir en parler et le transmettre, mais que ce n’est pas avec des interventions dans les écoles qu’ils peuvent payer leur loyer ou faire leurs heures d’intermittent, puisque les prestations dans les écoles ne sont pas comptabilisés en heures intermittentes. J’espère qu’on se retrouvera bientôt sur un tournage.
    Christelle Lamarre

  4. Rageux! dit :

    Je suis choqué! Qu’est que c’est que cette lettre?!
    Pour vous, l’artiste, c’est celui qui va donner des cours de théâtre??
    Mon dieu! Que je vous plaint! Madame de particule!
    Vous êtes contrainte a vous lever un lundi matin pour aller voir des enfants, et épuisée le Mardi soir!
    Mais vous vivez dans quel monde?
    Que devrait dire les enseignants alors?
    Et donc pour vous les professeurs d’arts devraient tous être intermittents??
    Au fait, c’est quoi l’intermittence (ces quelques miette qu’on vous a balancé)?
    Oh pas grand grand chose a vrai dire, simplement 1400€/mois sur 16 mois!
    soit un léger cadeau de 22.4000 boules par artistes;.. des miettes!
    Créer, ce n’est pas aller dans des classes, pour faire vos 507h!
    Alors, oui venir parler des pauvres gens qui n’avaient pas leurs heures, c’est bien, oui défendre ceux qui n’ont pas accès à l’intermittence, c’est gentil, ceux qui sont autour du spectacle, c’est généreux,
    Mais pourquoi ne pas parler de tous le reste! Ce qui n’est pas vous, ni votre entourage proche!
    La musique, la danse, l’art de rue, le cirque, mais aussi le monde de l’audiovisuel, les radio, les videastes, les prestataires technique qui font vivre un tas de monde via l’intermittence
    Non! la Diva, se plaint d’avoir travaillé 2 jours hors de chez elle!
    C’est épuisant!
    Et le boulanger qui se leve a 4h pour faire son pain? Et le maçon qui viens sur le chantier à 6h, le chauffeur de bus qui commence a 5h, l’éboueur qui attaque a 4h, ça c’est pas épuisant?
    Vous êtes en colère parce que Macron vous parle en chemise, et pas en costard cravate comme d’accoutumé?
    Mais alors que penser des députés qui essayent justement de révolutionnez la cravate à l’assemblée?
    Non, ça n’aurait pas la stature de s’adresser a vous! Pour vous il faut se mettre à 4 épingles!
    Je n’ai pas aimé le discours de Macron (le jambon qui chevauche un tigre pour ramener du gruyère…) bref, il essaye de nous prendre pour des cons! Mais là, vous lui avez confirmé qu’on est des cons!
    Quand au site qui vous publie, comme une super intervention militante et rebelle!
    Merde! Ou en est la lutte?! Nage-t-on dans d’autre sphère?
    Si vous aviez un minimum de déontologie, vous n’auriez pas parlé de miette quand vous touchez 3 fois le RSA pour 2 jours de travail par semaine!
    Un rageux, intermittent qui s’est senti salis!

    • christellelamarre dit :

      Drôle d’interprétation de la lettre de Sophie ! Ne vaudrait-il pas mieux agir de votre côté plutôt que de critiquer ce que font les autres ? Et de façon anonyme en plus ? Quel courage !

Répondre à christellelamarre Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :