Feux confinés

La nuit de dimanche à lundi a été émaillée d’émeutes à Villeneuve-la-Garenne mais aussi dans d’autres villes des Hauts-de-Seine et de Seine-Saint-Denis.

D’abord je veux exprimer combien il est nécessaire que le calme y revienne, le calme de ceux qui portent une colère couvée, le calme de ceux qui doivent nous protéger.

Sur les origines de ces révoltes, chercher à comprendre n’est pas du temps perdu, au-delà même de la situation présente, à Villeneuve.

Depuis quelques jours, de nombreuses vidéos d’interpellations violentes par la police, de contrôles humiliants circulent sur les réseaux sociaux. Elles viennent souvent de région parisienne, comme à Villeneuve-la-Garenne samedi soir, mais aussi d’un peu partout dans le pays, d’un peu partout dans les quartiers populaires. Alors, on sentait venir l’inévitable, peut-on d’ailleurs dire seulement depuis ces quelques jours ? Lorsque trop d’affaires de violences policières restent sans suite, sans enquête, c’est l’esprit de vengeance qui risque de prendre le pas. Le deux poids, deux mesures est un vecteur de colère et d’humiliations. La justice et la vérité sont les voies les plus sûres de l’apaisement.
Les habitants des quartiers populaires aspirent plus que tout à cet apaisement dans les banlieues, les périphéries, dont on exige qu’elles soient plus confinées qu’ailleurs, plus exemplaires alors qu’elles paient très cher le tribut de cette crise sanitaire.
Plus que jamais les inégalités font des ravages :  là où les habitants sont montrés du doigt, la misère frappe encore plus fort.

C’est pourtant de là que viennent la plupart des caissières de supermarchés, des personnels soignants, des agents d’entretiens et de propreté de nos vies quotidiennes. C’est ici que se vivent le plus mal les retards et incohérences du gouvernement. C’est d’ici que devront sortir les premiers déconfinés, ceux qui devront faire repartir la machine.

Ces feux intérieurs, confinés ne seront véritablement éteints que le jour où la dignité aura repris le pas sur l’humiliation.

Elsa Faucillon

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :