Oui, c’est possible! Oui c’est souhaitable!

Il paraît que les stratèges de Macron s’interrogent : pourrait-il être absent du deuxième tour de l’élection présidentielle en 2022 ? Répondons-leur vite: non seulement Macron peut être battu au 1er tour mais de plus, il le faut ! Il le faut, pour défaire cette politique qui chaque jour épuise le mot d’arrogance mais surtout, pour mettre un terme à ses conséquences délétères. 
Finalement, la « réforme » des retraites condense l’ensemble des caractéristiques du macronisme. Faux progressisme et vrai recul, c’est une politique au détriment de l’immense majorité de la population. Autoritarisme et impossibilité de toute discussion sérieuse et approfondie sont les signes de son isolement. Et, pour couronner le tout, l’improvisation et l’amateurisme sont finalement les piliers de la pratique politique de ces personnes censées mener les destinées de 70 M de citoyens. Ce texte doit être retiré, ou soumis à référendum, un « 49-3 » ne fera qu’accroître son impopularité justifiée. 
Tout est entre les mains de nos concitoyennes et concitoyens. Cependant, nous avons cependant une responsabilité. Qui ne voit pas la nécessité de construire dès maintenant l’alternative au macronisme ? Qui ne voit pas que ses fondements ne pourraient être que l’écologie et la justice sociale ? L’écologie sociale doit tracer son chemin, d’autant que l’urgence nous tenaille. 
Pour réussir, nous devons allier convictions et ouverture. Conviction que quelques soient les circonvolutions futures du macronisme, rien n’est à attendre d’une complaisance quelconque à son endroit. Il a fait la preuve de ce qu’il est : d’abord, au service des plus fortunés. Conviction que l’écologie sociale doit allier une rupture nette avec le productivisme et dépassement du capitalisme néolibéral pour fonder un futur possible et heureux. Et enfin, ouverture, envers toutes celles et ceux qui partagent ce projet, en jetant les vieilles divisions et les séparations obsolètes au nom d’un impératif : le mieux-être pour toutes et tous. Soyons à la hauteur !
Guillaume Balas

Une réponse

  1. FILIPPI-CODACCIONI dit :

    On ne peut faire l’impasse sur les divergences profondes entre la « gauche » du PS , une partie non négligeable des écologistes qui ont longtemps voté PS et qui sont avant tout anti melenchon comme leurs parents étaient et sont anticommunistes AVANT TOUT .Or même à votre corps défendant et avec les meilleures intentions du monde …c’est bien cette impasse là que vous faites aussi bien à Regards que dans ce Fil de Communs. Réfléchissez aux raisons qui n’ont pas fait se retirer Hamon en Avril 2017 avant le premier tour…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :