Baron Noir : Une saison 3

Les aficionados de la série ont dû attendre plus d’un an pour que sorte l’ultime saison de la série politique française la plus réussie de la décennie. La première saison nous avait embarqués dans la politique des magouilles, sous fond de batailles de lignes politiques dans feu l’antre de Solférino puis l’Elysée. Kad Merad incarne brillamment le stratège Philippe Rickwaert, ce baron noir socialiste d’origine ouvrière, devenu faiseur de roi à Dunkerque comme à Paris. La saison 2 était celle de la bataille d’idées dans un monde qui rattrapait le réel à grande vitesse. Crise du Parti Socialiste, réorganisation d’une gauche non socialiste et montée de l’extrême-droite sous fond de progressisme libéral faisaient en effet écho au quinquennat de Macron s’installant dans notre pays.

Dans cette nouvelle saison, on retrouvera avec plaisir les personnages que la magie du scénario a installé, souvent au croisement de plusieurs personnalités politiques réelles. Un artifice qui permet d’obtenir un décalage raisonnable avec la vie politique et qui ouvre les possibilités d’anticipations de la série. Si Baron Noir est particulièrement appréciée des militants, c’est qu’outre qu’elle les plonge parfois dans leur monde quotidien, adoptant ses références et ses débats, elle offre une vraie catharsis aux débats stratégiques que toutes et tous connaissent.

Alors, sans révéler l’intrigue que dire sur cette saison finale, si ce n’est que la question populiste obsédant la scène politique pendant deux ans est au coeur du jeu. Questionnant tant l’impasse d’une gauche divisée sur la stratégie à adopter qu’une extrême-droite aux aguets pour faire sauter le plafond de verre, la saison 3 trouvera-t-elle un horizon politique pour la France avant la scène politique ?

Paul Elek 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :