5 bonnes nouvelles dans un ciel brun et brutal

Il est difficile dans le climat nauséabond qui s’installe d’apprécier les bonnes nouvelles quand il y en a. Naturellement enclines à nous désespérer de la énième alerte de scientifiques sur le climat qui ne change rien chez les dirigeants, de la destruction de l’assurance-chômage, des procès faits aux gilets jaunes et aux cheminots, du sort de ce jeune étudiant qui s’est immolé par le feu à défaut de continuer à survivre de ces maigres ressources ou de la surdité du gouvernement sur l’hémorragie interne des services de santé, nous pourrions vraiment voir tout en noir dans cette actualité aux parfums de l’extrême-droite et l’extrême-centre.

Dans ce marasme, il est pourtant d’authentiques bonnes nouvelles. Lula est libre ! Signe s’il en fallait que dans la débâcle proto-fasciste de nos sociétés, on peut s’accrocher à l’espoir que la vérité ressurgisse, que les champions de la justice sociale ne sont pas tous tombés. Au programme des libérations, celle d’une parole salutaire, juste, courageuse, la voix d’Adèle Haenel. Dans un témoignage glaçant sur Médiapart, l’actrice a levé le voile, sans concession, sur les pratiques de harcèlement et d’agression sexuelle au sein du cinéma français comme dans tous les secteurs. Nous lui exprimons toute notre sororité et prenons comme une avancée majeure son témoignage dans le combat contre ces violences.

La maison brûle mais Europacity n’est plus. Bon débarras, ce projet anti-écologique démesuré, à l’hubris marchand, a été enfin abandonné par le gouvernement. La mobilisation citoyenne et politique a donc payé, et l’on espère qu’elle saura par la suite faire émerger un projet alternatif dans le Triangle des Gonesses qui sauvegarde les terres agricoles.

Ecologie toujours : la bataille des arrêtés anti-pesticides avance. Le tribunal de Cergy-Pontoise a refusé de suspendre les arrêtés municipaux de Gennevilliers et Sceaux estimant qu’on “ne saurait être sérieusement contesté que les produits dont l’utilisation est interdite par l’arrêté en litige […] constituent un danger grave pour les populations exposées”. Va-t-on pouvoir enfin prévenir plutôt que guérir des conséquences néfastes du glyphosate et autres pesticides ?

Enfin, malgré les lignes éditoriales à charge des chaînes en continue et le flot de déchainements polémiques sur les réseaux sociaux, nous ne pouvons que nous réjouir de la marche du 10 novembre qui a rassemblé des milliers de femmes et d’hommes. Un défilé républicain, où la laïcité chantée rejoignait la fierté d’être Français.e et musulman ou non. Il faudrait entendre le simple message visé par cette marche : en finir avec le rejet, la haine, la stigmatisation des musulmans. Et nous serons dans la rue le 23 novembre prochain contre les féminicides et le 5 décembre avec les syndicats et grévistes en tous genres qui veulent dire non et re non à la contre réforme des retraites. Nous formulons le voeu que la prochaine bonne nouvelle soit la levée en masse, dans un esprit de convergence, de toutes celles et ceux qui refusent ce néolibéralisme acharné qui tient lieu de cap gouvernemental.

Clémentine Autain et Elsa Faucillon 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :