Valeurs actuelles du racisme en France

Le brûlot d’extrême droite Valeurs Actuelles a encore frappé en faisant sa une sur Lilian Thuram accusé de “racisme anti-blanc” après avoir dit que les Blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être.” lors d’une interview avec un journal italien, le Corriere dello Sport. Malheureusement, le quotidien porte bien son nom tant cette supercherie journalistique fait état du débat dangereux qui s’installe en France. Faut-il que la folie identitaire soit si prononcée pour que l’on veuille avancer désormais que des blancs puissent faire l’objet de racisme ? 

Combien connaît-on de Jean-Charles ou Charles-Henri obligés de poursuivre une carrière dans la finance ou la haute administration après s’être vu discriminé à l’embauche dans le BTP et la restauration rapide ? Combien de contrôles au faciès pour ces jeunes aux cheveux blonds dans nos quartiers populaires ? On raconte que dans certaines rues du XVI ème arrondissement, les descendants de russes blancs n’osent plus sortir, craignant une expulsion dans le prochain charter, fatigués d’être toujours désignés comme “issus de l’immigration”.

Triste pitrerie que ce débat actuel où l’on entend comparer la phrase de notre cher footballeur national aux généralités sur “les noirs et les arabes” qui chaque jour sur les plateaux confortent une partie du pays dans son action discriminatoire et raciste. Dans ce marasme intellectuel, il n’est pas étonnant de trouver la fachosphère en tête de proue. Après tout, elle a toujours revendiqué sa défense d’un différentialisme en faveur au choix des blancs ou des chrétiens. Il est plus inquiétant par contre, d’observer qu’une partie des organisations antiracistes installées comme la LICRA se prête au jeu (dans un communiqué de presse) de comparer la “généralité” prononcée par Lilian Thuram au racisme bien réel et structurel de notre société. Cette sottise, il est vrai a également reçu le soutien d’éditocrates toujours prêt à envenimer le débat pour jouir d’une polémique supplémentaire.

Au milieu des cris d’orfraie des blancs qui n’aiment pas qu’on rappelle leur passé coupable et leur présent privilégié, la polémique a effacé le véritable acte raciste : des supporters mimant des cris de singe à l’encontre d’un joueur noir. Rendre invisibles ceux qui subissent une véritable entrave systématique à leur parole, à leur pouvoir, à l’accès au logement ou au travail, au bien vivre et à l’égalité, voilà le racisme. Bien présent, il est blanc.     

Karine Ravenet

 

 

     

 

2 réponses

  1. MOREL CLOUET Christiane dit :

    il aurait fallu rétablir les propos de L. Thuram dans leur contexte pour éclairer la supercherie jusqu’au bout

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :