Santé : la France trinquera

L’exercice de communication est devenue classique, un.e ministre du président Macron annonce “un grand plan de refondation” pour prévoir les “transformations” nécessaires. Cette fois-ci, on parle de la santé. Agnès Buzyn s’est enorgueilli de débloquer 750 millions d’euros jusqu’en 2022 pour lutter contre les catastrophes qui prennent place dans le service public de la santé. Les personnels sont engagés d’ailleurs dans une grève inédite et très suivie malgré les conditions particulières d’une telle action dans le secteur : l’essentiel sont tenus de continuer à travailler. 249 services en grève qui reçoivent le soutien de 92% des Français selon l’Ifop !  

La santé a-t-elle touché le pactole ? Difficile à croire quand on sait que le gouvernement est prêt par contre à créer un fond entre 1,5 et 5 milliards d’euro pour financer la technologie française (sur l’intelligence artificielle et les “deep technologies”). Personne ne rechignerait tout de même à utiliser ces millions pour soulager le milieu hospitalier sous-doté en tout : personnel, matériel, temps. À quoi servira donc l’argent presque magique que le gouvernement a concédé ? À mettre en place un SAS : service d’accès au soin, « un service distant universel pour répondre à toute heure à la demande de soins des Français ». Autrement dit, ces français et ces françaises qui “usent et abusent des urgences” auront désormais la possibilité entre autre de recevoir des téléconsultations. Vous faire consulter par visioconférence par un médecin, on arrête pas le progrès ! 

Quant au système de financement des hôpitaux en fonction des actes pratiqués, il devrait disparaître avec la mise en place d’un barème dont aucun détail ne semble encore annoncé. Autres objectifs affichés, mieux guider les patients vers le système qui saurait répondre à leur besoin, faciliter l’accès pour les personnes âgées ou encore créer 50 maisons médicales de garde pour les pathologies les moins graves. De bonnes idées, sans doute, mais peuvent-elles compenser le manque de lits ? Peut-on pallier le manque de personnel et à la faiblesse de leurs rémunérations avec ces quelques mesures ? 750 millions maintenant quand le PLFSS de l’an dernier prévoyait 1 milliard d’économie est une somme bien pauvre. Santé, la France trinquera.

Clémentine Autain et Elsa Faucillon

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :