SNU : rappel sous les drapeaux

Photo Marie-Christine Corbier

Grèves des profs, gilets jaunes, grèves pour le climat, surmenage à l’hôpital public, le gouvernement voudrait dépenser de l’argent public, on ne saurait pas par où commencer. Ce dernier a lui choisi d’investir dans le… Service National Universel.

La semaine dernière ce sont 70 millions d’euros qui ont été débloqués pour l’hôpital public après une forte mobilisation des personnels. Pour le SNU, ce sera près d’un milliard et demi d’euros par an. Un sacré sens des priorités règne dans les hautes sphères… Ce pognon de dingue sera notamment utilisé pour permettre à 800 000 jeunes chaque année de suivre un stage de deux semaines où les nouvelles générations « se lèveront à 7 heures et participeront à 8 heures à une cérémonie de lever des couleurs, avec le salut au drapeau et la Marseillaise », comme l’indique avec joie Gabriel Attal au journal Le Parisien. Le tout jeune sous-fifre de la macronie semble décidément enclin à être de toutes les batailles, surtout les plus droitières. L’ancien socialiste à l’ambition démesurée, celui qui avait enfilé un veston de la poste, pour briser la grève des postiers du 92, est désormais responsable d’un projet qui sonne comme un mauvais remake du service militaire. Il souhaite d’ailleurs pouvoir créer un « vivier (qui) puisse être mobilisé pour des cérémonies patriotiques. ».

Apparement, la jeunesse serait en recherche « de rites et de repères » selon le mystique jeune ministre. Pour apprendre « les valeurs de la République », rien de mieux en effet que d’enfiler un uniforme et de se rassembler en « compagnie ». Ainsi, dans leur avenir précaire, de CDD en CDD, les jeunes pourront se raccorder à l’esprit de concorde national. Deux semaines donc, pour recevoir des formations allant de l’auto-défense, à la connaissance de la Défense Nationale en passant par le développement durable. Sera aussi au programme, une « préparation militaire, mais sans maniement des armes ». Quelle idée formidable ! Jouons à la guerre ! Mieux encore : le téléphone portable sera interdit. On va leur apprendre la vraie vie à ces jeunes ! Unique point positif sans doute, les jeunes français.e.s auront l’occasion d’apprendre les gestes de premiers secours. Difficile de croire tout de même qu’une seule formation au cours de la vie permettra de rattraper le retard des français en la matière…

Après ces deux semaine de « cohésion » encadrées par des personnels de l’armée, des éducateurs et des animateurs, chacun.e devra effectuer un volontariat forcé dans une association ou dans un corps en uniforme. Comme le gouvernement est fort ! Qui pour s’opposer à aider la maison de retraite du coin, ou la sympathique association de quartier ? Cette main d’oeuvre apprêtée suffira-t-elle pourtant à cacher l’immense sous-investissement dans le social ou l’hémorragie financière du monde associatif, dans ces temps d’austérité forcenée ?

Une fois ces quatre semaines données pour la patrie, les jeunes seront vivement encouragé.e.s à s’engager ensuite volontairement pour une période supplémentaire de minimum trois mois pour effectuer des missions de protection civile ou un volontariat dans l’armée. Ironie du sort, le gilet jaune devait à l’origine être de mise pour ces missions mais les récents événements ont changé l’optique, et le gouvernement s’est décidé d’y substituer un chasuble bleu-blanc-rouge.

Si vous sentez la teneur réactionnaire du projet, félicitations, vous êtes un.e gauchiste. Mais attention, vos progénitures n’échapperont pas au SNU : « on ne pourra pas être réformé du SNU. C’est le sens du mot « universel » ». On ne se passe pas du bonheur obligatoire !

Paul Elek

Une réponse

  1. Carlos hermo dit :

    Tellement vrai.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :