La bibliothèque sonore des femmes de Julie Gilbert

Avez-vous vraiment lu Olympe de Gouges? Et Paulette Nardal, vous la connaissez ? Et Catherine Colomb, ça vous dit quelque chose ?

Virginia Woolf disait « Pourquoi aucune femme, quand un homme sur deux, semble-t-il, était capable de faire une chanson ou un sonnet, n’a écrit un mot de cette extraordinaire littérature, reste pour moi une énigme cruelle ».
En écho à ces propos, nous nous sommes demandées nous aussi, pourquoi les écrivaines, les penseuses, ne font pas plus partie de notre corpus, pourquoi les a t’on si peu lues ? Nous sommes demandées alors comment transformer notre héritage, comment faire que la pensée au féminin habite nos imaginaires, structure notre réflexion ou nous donne des impulsions pour créer. Finalement, question houleuse, penserions-nous différemment si nous lisions plus les écrivaines ?
C’est ainsi qu’est née cette idée de La bibliothèque sonore des femmes, une bibliothèque mouvante, subjective, constituée de monologues inventés, écrits par des auteures contemporaines sur des femmes de lettres disparues, et dits par téléphone… comme un appel de l’au-delà. Une bibliothèque qui grandit au fur et à mesure des rencontres, des propositions pour constituer une collection permettant de faire connaître ou re-connaître l’œuvre d’écrivaines et donner envie de les lire.

Julie Gilbert 

La bibliothèque sonore des femmes de Julie Gilbert
A la BNF, durant une après-midi, il est exceptionnellement possible de recevoir un appel téléphonique en direct de l’au-delà des autrices… Grisélidis Réal, Emily Dickinson, Olympe de Gouges, Fadwa Souleimane, Autre Lorde, Marina Tsvetaeva, Sylvia Plath, Françoise Héritier

Des monologues écrits par Céline Delbecq, Solenn Denis, Julie Gilbert, Marina Skalova et Dorothée Thébert
BNF hall d’entrée, dimanche 26 mai, de 14 h 30 à 17 h
Durée d’un appel : 6 min environ

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :