Loiseau de malheur

Le storytelling était bien huilé, d’un côté les auto-proclamés « progressistes », remparts estampillés par eux-mêmes des « populistes » de droite incarnés par le RN. Peu importe que le dit progrès soit aussi difficile à discerner qu’une molécule active dans une préparation homéopathique 15ch, le chiffon FN/RN, ça marche toujours, en tout cas c’est l’idée qu’ils s’en font.

Et puis patatras, voilà qu’on apprend que la tête de liste En Marche a figuré sur une liste d’extrême-droite lors des élections étudiantes à Sciences-Po Paris en 1984. Attention : quand on dit extrême-droite, ce n’est ni une facilité de langage, ni une exagération phocéenne, on parle d’une liste née des décombres du Gud, une mouvance à côté de laquelle l’actuelle direction du RN relèverait d’une modération aussi pathologique que coupable. Mais plus encore que son passé (après tout on peut changer, regardez ce qu’est devenu ce pauvre Daniel Cohn-Bendit), c’est la défense de la candidate En Marche qui laisse songeur. Nathalie Loiseau a bien essayer de se sortir de ce bourbier mais elle aggrave son cas à chaque sortie.

Suite aux révélations de Mediapart, nous avons d’abord eu la version à l’insu de son plein gré : j’étais candidate mais c’était pour faire plaisir, et je n’avais « pas perçu » la coloration politique de la liste. Et là, on dit bravo ! Voilà une étudiante de Sciences Politiques qui ne s’intéresse pas à la politique, ce qui en 1984 en particulier est tout à fait savoureux. Deux hypothèses non contradictoires s’imposent immédiatement : Nathalie Loiseau se moque de nous, il faut d’urgence réformer les modalités de recrutement à Sciences-Po.

On s’en voudrait de ne pas rappeler l’acte II de sa pénible défense, une charge grotesque contre Mediapart et Edwy Plénel : « Avoir été gaulliste à 20 ans plutôt que maoïste, soutien du terrorisme palestinien et des Khmers rouges, c’est insupportable à Edwy Plenel ». C’est avec peine qu’on mesure l’étendue de son inculture en si peu de mots. Passons rapidement sur l’association Gud et Gaullistes, les deux derniers représentants du général ne s’en sont pas encore remis, mais voilà donc Plénel devenu maoïste (au lieu de trotskiste), on dirait du Renaud « dans mon Hlm ». Pendant que j’y pense, faut peut-être songer à fermer définitivement Sciences-Po…

Le meilleur restait à venir sur LCI. Se défendant d’avoir été d’extrême-droite, la candidate LREM nous livre alors cette phrase exquise « Si j’avais voulu rester d’extrême-droite, aujourd’hui l’offre est superbe ». Objectivement cette femme est un génie et fine connaisseuse des questions européennes en plus. Commentant les résultats des élections législatives en Espagne, elle s’est fendue du tweet suivant : « Félicitations à Ciudadanos pour son score aux élections espagnoles. Mais la percée de l’extrême-droite nous rappelle que partout en Europe les progressistes doivent se rassembler ». Et qui c’est qui gouverne l’Andalousie avec les fascistes du parti Vox, mmmh ? Mais Ciudadanos pardi.

Pas de doute Nathalie Loiseau est une championne. En revanche, pour le rempart à l’extrême-droite, on repassera.

Guillaume Liégard

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :