Il n’y a pas d’âge pour le droit de manifester

Elsa Faucillon revient dans l’Edito de la semaine sur le droit de manifester et la sagesse de se battre pour défendre les libertés publiques dans le contexte sécuritaire mortifère des dernières semaines.

5 réponses

  1. Jean-Pierre Alexandre dit :

    On veut nous dissuader de manifester. Donc il nous faut absolument manifester. Je manifesterai, tu manifesteras, nous manifesterons…

    • Filippi dit :

      Tout en ne rompant pas avec JLM qui doit rester le candidat naturel pour 2022, je pense que vous avez raison de vous distancer de LFI ou au moins de sa direction mouvementiste. Il faudra deux jambes pour porter JLM en 2022. Une mouvementiste comme Ruffin et l’autre un peu différente comme clémentine. Quant aux cadres actuels ils feront ce que JLM leur dit de faire. Comme dab.

  2. LEPILOTIN dit :

    Ni dieu, ni césar, ni tribun ! Belle formule qui fait avancer le schmilblick ! Hein, c’est ça ?!?!

    Tant que vous y êtes… ni rien, ni personne, le vide et le néant dont la nature a horreur ! Evidemment, la place est prise par plus retors !

    Soyons donc constructif , voyons la définition de tribun (Pt Robert) : « TRIBUN, Défenseur éloquent (d’une cause, d’une idée), et spécialt, Orateur qui s’érige en défenseur du peuple. »

    Qui pourrait donc être contre la défense de ce qui est commun à un peuple, dont la définition est « ensemble d’êtres humains vivant en société, habitant un territoire défini et ayant en commun un certain nombre de coutumes, d’institutions. »

    La notion de porte-parole est essentiel dans toute procédure de changement (réf. M Callon et B Latour, voir la sociologie ou théorie de la Traduction). Et donc, si JML et ses lieutenants continuent à cumuler les erreurs d’analyse et de comportements pour accéder au pouvoir, alors il faudra changer de tribun, de porte-parole, ce qui est déjà en cours…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :