Macron n’y arrive pas, c’est trop dur pour lui

Il l’avait annoncé, claironné, les petites phrases désagréables, promis, juré, c’était terminé.  Emmanuel Macron a ainsi expliqué devant quelques journalistes qu’« il ferait désormais très attention aux petites phrases » avant d’ajouter sans rire que «cela suppose une conversion personnelle », c’est sûr que ça n’a pas l’air facile pour lui et que « dans le système où nous vivons, cette franchise n’est peut-être plus possible ». A l’évidence, l’acte de contrition paraît un peu difficile pour le Président, et nous apprenons donc, au passage, que les sorties sur les alcooliques, les illettrées relevaient d’une forme de franchise de sa part, ce dont, à vrai dire, nous ne doutions pas un instant.

Manifestement, les bonnes résolutions sont souvent difficiles à tenir, et le Président victime d’une forme d’incontinence verbale n’a pas réussi à terminer l’interview sans déraper dans les grandes largeurs. Critiquant les chaînes d’information en continu, il a ainsi déclaré que sur leurs antennes, selon lui, «Jojo avec un Gilet jaune a le même statut qu’un ministre ou un député! ». Toute la phrase est un délice, à commencer par ce charmant sobriquet de « Jojo ». C’est vrai que c’est agaçant à la fin ces manants qui la ramènent au lieu de rester bien sagement à leur place. D’ailleurs tant qu’on y est, il faudrait aussi revoir la manière dont on organise le droit de vote car l’idée qu’au fond d’une urne, la voix d’un « Jojo » pèse autant que celle d’un personnage aussi brillant, d’un phare de la pensée tel qu’Emmanuel Macron, relève d’un éloge de la médiocrité.

Le tableau ne serait pas complet sans une petite sortie de route raciste, qu’à cela ne tienne, il suffisait de demander, on l’a eu. Commentant la vidéo réalisée par le boxeur Christophe Dettinger avant qu’il ne se rende à la police, le Président a eu ces mots fleuris : « Le boxeur, la vidéo qu’il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d’extrême gauche. Ça se voit! Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan ». Que, face à la polémique suscitée par des images tournant en boucle, le boxeur ait mûrement réfléchi à ses propos c’est plus que probable. Mais plutôt que de stigmatiser une communauté, Emmanuel Macron ferait bien d’en prendre de la graine et gagnerait à nous épargner sa suffisance, genre Giscard du XXI° siècle.

Au fond, avec Emmanuel Macron, la seule chose qui ruisselle, qui dégouline même, c’est son insondable mépris des Français.

Guillaume Liégard

2 réponses

  1. pierre revallier dit :

    a peu prés aussi bien briéfé que bennalla avec le conseiller en communication de Macron

  2. Jéjé dit :

    Jojo tu me donnes en riant des nouvelles d’en bas.
    Je te dis mort aux cons aux bien plus cons que toi….
    J. Brel

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :